Loading...
News2020-09-30T15:15:26+00:00

Messaggio Pasqua – Message Pâques – SAN DAMIANO

.

MESSAGE DE JÉSUS ET DE NOTRE-DAME MIRACULEUSE DES ROSES AUX JEUNES

À SAN DAMIANO, FÊTE DE PÂQUES

LE 29.03.1970

Message de Jésus :

Jeunesse que J’aime tant, combien Je vous remercie d’avoir écouté l’invitation de ma Maman et la Vôtre à venir ici à ses Pieds !
Quand J'étais sur cette terre, J'aimais tant les jeunes ! Je veux tant les aimer, Je veux les combler de joie, d’amour, de force dans la foi, afin qu’ils viennent un jour Me rejoindre Là-Haut dans le Ciel.

Ne pensez pas tant à ici-bas ; la beauté par excellence, vous la verrez Là-Haut, parmi les fleurs et les chants, au milieu de l’amour, de la joie, avec les Anges et avec les Saints ! Vous verrez la splendeur du Père Eternel, vous verrez la splendeur de l’Esprit Saint qui vous a donné tout son Amour, et vous verrez votre Maman Céleste et la Mienne qui vous couvrira de baisers ! Et Moi, Je vous donnerai une grande lumière, Je mettrai dans vos cœurs un si grand Amour !
Ravivez la foi, mes enfants, ravivez la foi ! Je suis ici au milieu de vous pour vous combler de grâces, pour vous combler d’amour.
Je veux vivre avec vous, seul en votre cœur. Je veux détruire tous les péchés !

Donnez-Moi tous vos péchés : Je les détruirai. J’enflammerai votre cœur d’amour pour Moi pour ne vivre que d’amour pour Moi, ne régner que par amour pour Moi, mes enfants, et ne mourir que par amour pour Moi... pour Me rejoindre Là-Haut.
C’est si beau Là-Haut, mes enfants ! Vous y êtes tous ! Là sont tous vos êtres chers : parents, frères, amis, tous... Ils sont là au milieu d’un champ de fleurs, parmi les lys et les roses parfumées !
Moi aussi, Je veux le parfum de votre amour. Moi aussi, Je veux tout votre amour ! Je veux vous donner tout mon Amour ; et vous, vous pouvez donner tout cet Amour à vos compagnons, à vos sœurs, à vos frères qui sont au loin, afin que tous puissent se réveiller dans l’amour.

Ma Maman et la Vôtre vous appelle ! Elle vous appelle à venir jour et nuit sous son manteau, pour vous serrer contre Elle, pour vous combler de grâces. Vos Anges Gardiens vous ont inspirés et vous avez écouté l’appel de ma Maman et la Vôtre. Je suis si heureux de voir mes enfants très nombreux autour de Moi et de ma Maman ! Mon Cœur en éprouve une si grande joie !

Je suis ressuscité ! Vous aussi, vous devez ressusciter avec Moi, pour ne vivre que d’amour pour Moi, parce que sur cette terre tout passe, mais l’Eternité jamais, jamais !
Vous pouvez être toujours joyeux dans le monde, mais ne péchez pas, mes enfants, ne péchez pas ! Le péché est grave : il conduit à la damnation. C’est pour vous conduire au Ciel que Je suis mort pour vous, pour vous glorifier dans le Ciel, pour vous sanctifier sur cette terre, et ensuite vous conduire au triomphe, Là-Haut avec les Anges et avec les Saints !

Les Anges prient tellement pour vous, surtout vos Anges Gardiens, tous les Saints du Ciel, Les saintes Âmes du Purgatoire : tous prient pour vous afin que vous vous sanctifiiez, que vous puissiez entrer dans la gloire sans passer au Purgatoire. Lorsque vous verrez ma Splendeur, ce sera grand, grand, si grand !

Ecoutez-Moi ! Ecoutez-Moi et écoutez ma Maman et la Vôtre qui vous appelle à la pénitence, vous rappelle à l’amour, vous rappelle à la prière, pour vous purifier, vous sanctifier afin de rejoindre la Patrie Céleste. Soyez heureux, soyez heureux et joyeux avec Moi, car la joie, quand c’est la joie de Jésus, c’est tout !

Mes enfants,Je veux enflammer votre cœur d’un grand amour. Je veux embraser votre cœur d’une grande joie. La foi vous fera surmonter tous les obstacles qui viendront, car la force de la foi vous conduira dans la gloire avec Moi. Vivre pour Moi, mourir pour Moi pour atteindre la gloire.

Message de la Très Sainte Vierge :
Je suis votre Mère du Ciel qui répand sur vous les grâces. Je vous ai rappelés sous mon manteau pour que vous chantiez beaucoup, fassiez de nombreuses louanges et prières à mes pieds afin de remercier mon Fils Jésus qui est mort pour vous en Croix pour vous sauver.

Je suis la Reine du Ciel, la Mère de l’Univers : Je veux tous mes enfants saints, grands saints, vite saints ! Courage, mes enfants ! Courage, mes enfants, courage ! Vous, les jeunes, rendez-vous forts ! Les jeunes, devenez forts, car avec la force de la Foi vous vaincrez tout. Avec la force de la Foi, vous vous élèverez à la sainteté. En ce monde tout passe, mais l’Eternité jamais !

Je suis la Mère, Je suis l’Avocate, Je suis le refuge des pécheurs, la Mère des agonisants.
Priez pour tous, consolez tous, ayez de l’amour envers tous et pardonnez à tous, ainsi vous serez pardonnés.

Mes enfants, appelez souvent votre Ange Gardien, appelez Saint Michel : avec son aide vous obtiendrez tout. Avec ma puissance, avec l’aide de Saint Michel et de vos Anges Gardiens, avec votre prière, nous mitigerons les châtiments, et vous obtiendrez tant de grâces ! Je vous prends tous dans mes bras, et Je vous serre tous sous mon manteau. Je vous envoie un grand baiser d’amour, de pardon, et de douceur.
Promettez, mes enfants, promettez-Moi de M’être toujours fidèles ! Je suis votre Maman du Ciel qui vient pour vous sauver, pour vous aider et pour vous combler de grâces.
Je vous bénis au Nom du Père Eternel, au Nom de mon Fils : Au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Amen. Mes enfants, au revoir, bientôt dans la joie, dans la grâce avec Jésus.

Messaggio – Message SAN DAMIANO S. Giuseppe – St Joseph

Message de Notre Dame Miraculeuse des roses à San Damiano, le 19.3.1970
FÊTE DE ST JOSEPH

Mes enfants, Je suis ici au milieu de vous avec mon Patriarche Saint Joseph e qui est le Patron des familles chrétiennes du monde entier.Recourez… recourez à mon Patriarche Saint Joseph ! Imitez-le, faites comme lui : aimez, supportez, offrez, souffrez en silence, et vous recevrez beaucoup de grâces.

Mon Patriarche Saint Joseph, du Ciel, prie beaucoup pour les familles d’ici-bas, afin qu’elles soient unies dans la concorde, dans l’amour, dans la paix avec Jésus, et ainsi elles seront réunies aussi au Ciel. Recourez à Lui avec grande foi. Priez-le beaucoup pour qu’il vous assiste durant la vie et à la mort, qu’il vous accompagne devant le Tribunal de Dieu, l’âme pure, avec un vrai repentir des péchés.

Imitez-le ! Imitez-le, mon Patriarche Saint Joseph, vous mes enfants du monde ! Toutes les familles doivent recourir à Saint Joseph, toutes les familles doivent imiter mon Patriarche Saint Joseph, dans l’humilité, dans la charité, dans la patience.
(suite…)

La conversion de Maria-Cristina

Maria-Cristina

Je me suis converti en 1975, Année Sainte, lors de la fête de l'Annonciation.
Je vais résumer mon parcours. J'ai grandi dans une famille chrétienne. Au cours de mes études, j'ai rencontré des auteurs tels que Voltaire, Rousseau, Descartes et Nietzsche. Tous ces auteurs ont fait le vide spirituel en moi, m'entraînant dans une spirale intellectuelle négative. C'était la loi du « Non », le rejet systématique et la haine de l'ordre naturel et divin. J'étais tendu, angoissé, constamment en recherche ; dans le négativisme, je questionnais et remettais tout en question
Dans cet esprit, en 1974, j'ai commencé à travailler comme assistante sociale à Lille ; mon collègue M. il me parlait souvent de San Damiano et me pressait d'y aller. Bien sûr, j'ai catégoriquement refusé de le faire.
Un jour, mon amie m'a invité à dîner avec elle, j'ai refusé, sachant très bien quel genre d'amis seraient présents. Cependant, ayant appris que M. préparerait une tarte aux pommes de terre, je me suis laissé convaincre et j'y suis allé
A cette époque, je n'avais jamais le temps de préparer de bonnes assiettes et, j'avoue, j'ai accepté l'invitation uniquement pour un bon dîner.
Ce soir-là, il y avait une jeune femme A., enseignante.
Elle aussi s'était convertie à San Damiano, après avoir mené une vie complètement dissolue. Elle m'a raconté son témoignage et j'ai été très impressionné par sa paix intérieure et son équilibre.
Cette rencontre m'a laissé perplexe.
Le lendemain, M. m'a offert une place gratuite, pour aller en pèlerinage à San Damiano: le départ était prévu deux jours plus tard.
J'ai accepté, en plaçant cependant la condition d'être laissé seul pendant le pèlerinage. En moi, je partais pour quatre jours de vacances en Italie, sans avoir l'intention d'y aller prier. Je voulais juste changer d'air.
Nous sommes donc partis le 4 avril 1975 : nous étions 40 personnes dont plus de la moitié de jeunes. La fête de l'Annonciation fut fixée, cette année-là, au 7 avril, date qui coïncidait avec la Semaine Sainte
Le voyage était insupportable: que des chapelets! Je voulais rentrer chez moi en stop ! Arrivé sur place, j'ai fait une belle promenade, puis je me suis reposé et j'ai beaucoup tourmenté les pèlerins, continuant à les contredire sur tout.
Le deuxième jour, j'ai décidé d'aller voir ce qui se passait à San Damiano. Quand je suis arrivé à la statue de la Madonna des Roses, je ne pouvais pas y rester, car j'avais l'impression d'étouffer.
Dans l'après-midi Mamma Rosa, la visionnaire, a voulu parler aux jeunes couples et aux jeunes fiancés de notre bus. Après la réunion, M. m'a appelé, pour me dire que
Mamma Rosa voulait me parler.

Mamma Rosa

J'ai fermement refusé, mais les jeunes m'ont encouragé. Alors je suis allée à l'oratoire et là, Mamma Rosa, littéralement, s'est approchée de moi, me montrant ce que le bon Dieu avait fait pour moi et me faisant comprendre comment tout ce que j'avais reçu, je l'utilisait pour faire le mal. Elle m'a dit : " Toi aussi tu pourrais faire le bien, si tu le voulais "
À ce moment-là, je me suis souvenu des gens qui m'avaient induit en erreur dans le passé et de ceux que j'avais indiqué dans le mauvais sens. C'était comme si quelque chose s'était cassé en deux en moi, et j'ai commencé à discerner la notion du bien et du mal. J'ai été déconcerté par Mamma Rosa. Une dame de nationalité belge, qui nous accompagnait et qui avait été guérie à San Damiano, me parla du péché, de l'enfer et du purgatoire, que j'avais complètement oubliés.
La nuit du 6 au 7 avril, les jeunes, de retour au Petit Jardin, Piccolo Giardinoils m'ont suggéré d'aller avec eux. J'ai refusé. Notre pèlerinage touchait à sa fin. On partait le lendemain matin pour Lille et je buvais mon chocolat en le regardant la télé
Je me suis endormi, ou plus précisément... pour essayer de dormir.

Le 7 avril vers 3 heures du matin, deux jeunes de notre groupe, au visage serein et apaisé, sont venus à l'hôtel pour nous réveiller, pour nous dire qu' ils avaient vu le visage du Christ, sur la robe de la statue de la Sainte Vierge, à hauteur de son chapelet. Ils l'avaient vu, d'abord enfant, puis jeune adulte et enfin qu'il souffrait de sa Passion à cette heure-là. Tout le monde s'est réveillé et s'est immédiatement rendu à la statue de la Sainte Vierge. Je ne voulais pas y aller, sous prétexte que les miracles ne m'auraient pas fait croire.

Une dame m'a alors traîné vers la clôture, m'invitant au moins à dire au revoir à la Sainte Vierge, vue nous serions partis après pour Lille.

Statue de la Vierge Miraculeuse des Roses dans le jardin des Roses

Puis je me suis approché de la statue, mais je ne l'ai pas regardée. Puis, quand tous les pèlerins sont partis, j'ai regardé le visage de la belle Sainte Vierge : si j'avais pu croire qu'elle était vraiment là, présente dans le petit jardin, je lui aurais confié une intention. À ce moment-là, j'ai baissé les yeux et j'ai vu le visage du Christ crucifié. À cet instant, j'ai senti que quelque chose en moi voulait se libérer d'un blocage et je me suis rendu.
Puis quelque chose s'est « cassé » en moi, quelque chose s'est cassé : J'ai compris le Bien et le Mal. Je l'ai ressenti physiquement : les nœuds se dénouaient, la spirale s'était brisée, un rideau s'était déchiré et la lumière remplissait mon esprit.
Je me suis senti libérée, soulagée. Dieu existait et il m'aimait, il n'y avait plus aucun doute. Quand je suis arrivé à Lille, tout était recouvert de neige et je me sentais en symbiose avec la nature.

Mais ce n'est qu'après une confession générale et une retraite que je me suis senti vraiment serein et paisible. J'ai fait des projets pour une nouvelle vie.
Je ne voulais pas abandonner mes amis d'avant. La Sainte Vierge ne m'avait pas converti que pour moi-même...J'ai donc continué à vivre parmi eux. Ce furent deux années dures et purification, au cours de laquelle j'ai redécouvert la loi naturelle et la loi divine : celle que Dieu a inscrite dans le cœur de chacun. J'ai dû commencer à apprendre à partir de zéro, pour me débarrasser de ces littératures et philosophies morbides, englouties jusqu'à ce moment-là.
Je ne termine pas mon témoignage sans d'abord souligner la grande puissance de la prière des pèlerins. En effet, pendant le pèlerinage, les jeunes ont beaucoup prié pour moi. Je suis conscient de toutes les grâces reçues et, malgré les souffrances, je ne veux pas faillir à cette mission d'apostolat.
La Sainte Vierge m'a converti le jour de son "Fiat" et à partir de ce moment, comme une mère, elle ne m'a jamais abandonné. Elle m'a souvent conduit sur le chemin de l'acceptation et de l'offre. Je retourne souvent à San Damiano, pour puiser des forces et, quand je vois la "naissance spirituelle" des pèlerins, réalisée par notre Mère du Ciel, je ne peux que chanter le "Magnificat".
Maria Cristina H. France

leggi ancora…

MESSAGE de Noel!

MESSAGE de NOTRE-DAME MIRACULEUSE DES ROSES
FESTA DI NATALEIL 25 DICEMBRE 1969

Mes enfants,
Vous êtes réunis encore à mes côtés,
Avec la prière, avec le sacrifice,
Pour Me donner tous vos cœurs.
Vos cœurs, Je les apporte à Jésus dans le berceau, afin qu’Il les étreigne bien fort contre Lui,
Pour ne jamais plus vous séparer de Lui. Toujours unis à Jésus dans l’amour,
Avec Jésus en votre cœur.
Jésus veut régner au milieu de vous.
Jésus veut enflammer vos cœurs d’amour pour Lui.
Jésus souffre pour vous,
Mais Jésus veut vous sauver Et veut tant vous aimer !

Moi, Je suis votre Maman du Ciel,
J’ai marché toute la nuit
en votre compagnie,
Avec mon Patriarche Saint Joseph, Avec mon Fils Jésus,

Tous unis dans l’amour, dans la paix, avec Jésus. Jésus vous a donné tant de grâces.
Jésus a enflammé vos cœurs.
Que cette journée ne soit que pour Jésus :
Offrez-la toute à Jésus, pour vous, Pour ceux qui vous sont chers, Pour le monde entier, pour l’Eglise, pour les nations. Que toutes reviennent à la paix :

Cette paix d’amour de Jésus,

Cette paix qui doit régner dans les cœurs ; Seulement la paix, l’amour, la foi.
Tous unis, unis auprès de Moi,
Vous, avec votre prière,

Moi, avec ma Puissance,
Avec l’intercession de Saint Michel, Nous nous réunirons tous
Pour arracher auprès du Père Eternel Cette grâce
pour mes enfants du monde :
Que tous puissent se sauver,
Car tous doivent s’aimer et se pardonner.

Mes enfants, aujourd’hui est un grand jour. Aujourd’hui doit être pour vous
Un jour d’amour, de paix et de pardon. Priez, priez pour tous.

Que tous reviennent repentis à mes Pieds, Tous repentis au berceau de Jésus, Dans l’humilité, Dans la pauvreté, dans la charité. Que tous puissent marcher avec Jésus Comme lorsqu’Il était sur cette terre,

Tous s’aimant, se pardonnant, Ayant la paix dans le cœur,
Cette paix d’amour de Jésus,
Cet amour de Jésus qui doit régner. Pas de superbe, pas d’orgueil !

Seul l’amour doit régner !

décembre 30th, 2020|Categories: messaggi, News|0 Comments

“SAMUEL”

“SAMUEL”

Je m’appelle Maria-Rita et je voudrais vous faire part de mon expérience. Il y a quatorze ans environ, après avoir découvert le Petit Jardin de Paradis où l’on prie de Notre Dame des Roses, je m’y rendis pour demander les grâces suite à mes problèmes de santé.

Mais mon plus grand désir était de devenir maman. J’y allais chaque week end pour me sentir proche de la Madone et me recueillir dans la prière, ce qui me donnait le réconfort et la force d’aller de l’avant. Un jour plongée dans la prière, j’entendis une voix très douce me murmurer à l’oreille : « Ma chère fille, d’abord tu devras te remettre, puis tu deviendras mère ».

Je restais stupéfaite et le confiais à la personne qui m’avait accompagnée en pèlerinage. Il passa un peu de temps. Ma santé s’améliora eten septembre 2002, j’appris que j’attendais un enfant.
Je tiens à préciser que Samuel, mon fils, naquit le 24 mai 2003, le mois de Marie. J’espère que cette expérience et cette grâce reçue pourront donner l’espérance à qui en a besoin. J’ai toujours eu la foi, ce qui m’a rendu heureuse durant ma vie.

C’est pour cela que je rends grâce infiniment à Notre Dame des Roses et j’attends son Triomphe

Maria Rita - Italie

leggi ancora…

Histoire du puits

Histoire du puits

Dès 1965, dans les messages du 6 et 13 août 1965, la très sainte Vierge promet qu’une source jaillira en ce lieu et qu’elle purifiera l’âme et le corps. Le 21 octobre 1966, mamma Rosa annonce au cours de l’apparition que le jour précédent, le Père Eternel était descendu 7 fois, Il avait fait le tour du petit jardin et que la Très Sainte Vierge demandait que l’on creuse un puits près du poirier. La Madone demande que les pèlerins qui se trouvent attroupés autour du poirier s’éloignent, pour que l’Archange saint Michel puisse enfoncer son épée dans un cercle qu’une pèlerine avait tracé avec une pelle. Mamma Rosa répète le message dicté par la Très Sainte Vierge : « Ma fille, Je te confirme qu’ici il y a de l’eau. Une fontaine d’eau de salut pour beaucoup d’âmes doit surgir pour purifier l’âme et le corps ». Une pèlerine de Turin, Lucia Cristino, sur les directives de Mamma Rosa, après avoir embrassé la terre là où surgira l’eau, donne quelques coups de pelle à cet endroit.

Puis Mamma Rosa lui dit : « Maintenant saint Michel enfonce son épée. Mets-toi à genoux car le Père Eternel, le Fils et le Saint Esprit sont tous présents. Ils sont ici avec beaucoup d’Anges. Saint Michel est en train d’enfoncer son épée ».

La Madone dit : « Priez beaucoup, mes enfants ! Priez, consolez mon Cœur qui souffre tellement, ainsi que celui de mon Fils Jésus. Préparez au plus vite ce puits, afin que beaucoup d’âmes puissent venir à cette source ! Je vous bénis, mes enfants et Je vous serre entre mes bras ».

La très sainte Vierge invite les présents à apporter une pierre pour la construction du puits.

L’ingénieur Pellagatti amène le jour suivant un bloc de marbre blanc, c’est la première pierre qu’elle reçoit. Ce bloc de marbre avec quelques autres blocs de pierre sont murés dans la base de la marche en granit sur le côté du puits. Le 28 octobre, après les prières, les hommes d’abord, puis ensuite les femmes, sont invités à mettre la main à la pelle pour commencer le creusement. Après l’apparition, Rosa annonce que la très sainte Vierge s’est présentée accompagnée de saint Michel, saint Gabriel, saint Raphaël. Elle est très belle, portant un manteau tout en or. Elle tient en main un chapelet de roses blanches qui se termine par une croix ayant deux roses rouges. Le chapelet en main, la Madone a fait un cercle au-dessus du puits en construction, en tournant au-dessus de tous les pèlerins, puis Elle est descendue à l’intérieur.

Elle dit : « l’eau sera très limpide, très fraîche et miraculeuse ».

Le 4 novembre, les travaux d’excavation ne peuvent se faire à cause du mauvais temps. Les jours suivant, Giuseppe, le mari de Mamma Rosa commence à creuser. Le vendredi 11 novembre, don Mario Garbarino de Recco, présent au petit jardin ce jour, bénit l’excavation pour le futur puits. Dans le message du 18 novembre, la Maman Céleste annonce que de ce puits jaillira une eau miraculeuse. En fin de journée, Mamma Rosa interpelle l’ingénieur Pellagatti et lui demande s’il peut s’occuper des travaux. Le mardi 22 novembre, il se rend à San Damiano et Mamma Rosa lui dit que la Madone veut qu’il aille trouver le colonel commandant la base militaire pour lui demander de l’aide pour faire le puits. Face à ses hésitations dues à cette étrange demande, Mamma Rosa le rassure en lui disant qu’il saura quoi dire au moment opportun.
Après plusieurs démarches dans ce sens, l’ingénieur se rend compte qu’il ne pourra obtenir de l’aide de ce côté-là. Il se met à la recherche d’une entreprise qui pourra faire le puits, mais beaucoup refusent le travail car les gens ont peur d’être tournés en dérision.

Lors de l’apparition du vendredi 25, la Madone demande qu’un homme jette dans le trou du futur puits de l’eau prélevée par une fille spirituelle de Padre Pio dans l’antique puits médiéval du couvent des capucins de San Giovanni Rotondo et qui n’est plus utilisé depuis des années.

Lors de la même apparition, la Madone demande qu’on poursuive le forage à la main (ce qui selon l’ingénieur va ralentir les travaux) et que l’on fasse l’intérieur du puits en briques. Pino, le mari de Mamma Rosa, poursuit donc l’excavation à la main. Le 2 décembre, l’ingénieur constate qu’il y a de l’eau au fond du puits, il en met dans une bouteille, l’eau est trouble mais Mamma Rosa assure que c’est la bonne eau et insiste pour poursuivre les travaux. Grâce à l’intermédiaire d’un prêtre, on a trouvé un expert en forage manuel de puits, Mr Bertani. A cause du mauvais temps, les travaux ne peuvent débuter de suite. C’est le 10 décembre que commencent les travaux d’excavation manuelle. On trouve de l’eau rapidement, mais la Madone désire poursuivre le forage car à 12m en profondeur selon ses dires se trouve la « giastra » (ce terme signifie dans le dialecte du piacentino une plaque de congloméré stratifiée) et en dessous se trouve une eau très riche. L’ingénieur doute de l’existence de cette « giastra » et l’apprenant, Mamma Rosa lui fait des reproches sur son incrédulité. Les jours suivants, l’ingénieur se rend sur les lieux du chantier. Malheureusement Mr Bertani ne poursuit pas les travaux à cause d’une couche de terre trop dure à creuser.

La Madone veut que quelqu’un amène un échantillon d’eau à Padre Pio et Mamma Rosa désigne l’ingénieur qui n’est pas très enjoué à cause de la sévérité du père Pio. L’ingénieur part donc avec plusieurs petites bouteilles contenant l’eau du puits. Pendant son voyage, de nombreux parfums de roses, de violettes, d’œillets, de muguets et de tabac l’accompagnent. Pour rencontrer le père Pio, il faut qu’il s’inscrive à la confession. Son tour arrivé, il oublie son discours qu’il a préparé. Il balbutie quelque chose en montrant l’échantillon d’eau, Padre Pio lui dit en chuchotant « dis-lui que ça va », puis il ajoute d’une voix forte : « et maintenant confesse-toi ! »
Le 18 novembre, l’ingénieur se rend à San Damiano. Lui et l’entourage de Mamma Rosa sont enjoués de la réponse de padre Pio mais mamma Rosa n’est pas satisfaite et demande avec insistance que l’on continue les travaux afin de trouver cette « giastra ». L’ingénieur est déçu, prêt à tout abandonner à cause des difficultés à poursuivre les travaux, il repart découragé car il ne peut faire plus et surtout parce qu’il n’a pas pu satisfaire aux désirs de la Maman Céleste. Mais, la nuit, il fait un rêve : une porte s’ouvre et dans la pénombre apparait la Madone vêtue de noir, elle le serre si fort dans ses bras qu’il se réveille. Le lendemain, il va à San Damiano et raconte son rêve à Mamma Rosa. Elle lui dit que la Madone a à cœur la construction de ce puits, beaucoup mettent des obstacles et Elle doit combattre contre ceux qui ne le veulent pas, mais la prière peut les éliminer.
Entre temps, pendant l’hiver 1967, on construit la partie externe du puits. La structure métallique de la coupole de 75kg est réalisée par un forgeron de Rizzolo. La statue de la très sainte Vierge en bronze qui surplombe la coupole et qui représente Notre Dame de Lourdes est offerte par un pèlerin de Milan. On la positionne dans la direction de l’église. A la fin de ces travaux, 26000 cartes postales en couleur sont imprimées, reproduisant une photo du puits prise par un jeune ingénieur de Milan

Mamma Rosa demande que soit inscrite au rétro de la photo cette inscription : « ceci est le puits où Je me présente pour donner lumière au monde et pour guérir l’âme et le corps de tant de personnes »

Le 3 mars 1967, Mgr Filippo Rauco bénit le puits en présence de nombreux pèlerins.
Le vendredi 11 août 1967, comme prévu, le puits se tarit. Mamma Rosa en est déçue car il n’y a plus d’eau pour les pèlerins. Elle me dit que je dois retourner voir Padre Pio pour lui demander ce que nous devons faire. L’ingénieur Pellagatti n’est pas convaincu de l’utilité de ce voyage, pensant que c’était plus logique de rappeler les ouvriers pour creuser davantage. Mamma Rosa est inflexible dans sa décision et affirme : « La Madone le veut ainsi ! » Mamma Rosa est vraiment un instrument de la Madone, car toutes ces intuitions ne peuvent venir d’elle, humble paysanne, et l’ingénieur se rend bien compte qu’à chaque fois qu’elle le contredit dans ses démarches, elle a raison tout simplement parce que ses pensées viennent d’en-haut.

L’ingénieur part aussitôt à San Giovanni Rotondo, on lui annonce qu’il devra attendre une semaine pour pouvoir rencontrer Padre Pio. Comme on lui avait dit que, en cas de besoin, il pouvait s’adresser à un certain Sandro Erario qui se trouvait régulièrement dans un bar près du couvent, il s’y rend pour le chercher ; on lui dit qu’il n’a pas encore été vu en ce jour et juste à ce moment, voici que ce Mr Sandro arrive, il affirme qu’il était en train de prier dans l’église et qu’il a eu la sensation que quelqu’un le cherchait à l’extérieur.

Il lui donne un ticket pour se confesser à Padre Pio, ce qui lui permet de ne pas attendre. Son tour venu, à la fin de la confession, l’ingénieur lui montre la bouteille contenant l’eau du puits, Padre Pio la reconnait et la bénit. Il lui parle du problème de l’assèchement du puits et au nom de mamma Rosa, il lui demande ce qu’il faut faire. Padre Pio le regarde droit dans les yeux et dit : « A puzza ! » (ça put !), l’ingénieur lui dit qu’il n’a pas compris, Padre Pio lui répète fermement : « A puzza ! » Et de nouveau l’ingénieur demande une explication. « A puzza ! » Et lui faisant signe de partir, il ajoute brusquement : « Cappa ! Cappa ! Cappa ! » (pars !).

L’ingénieur part bredouille, déçu de ne pas avoir compris le message de Padre Pio. Au retour, en voiture, de nouveau des parfums mystérieux alternant avec des odeurs de tabac lui apportent sérénité dans le cœur et lui font comprendre que son devoir est seulement d’obéir. Il se rend compte que seule mamma Rosa est le vrai « instrument » et lui est seulement un « ustensile » !

De retour à San Damiano, il parle de sa rencontre avec padre Pio qui n’a rien conclu. Mamma Rosa décide de commencer de suite les travaux et de faire en même temps que l’excavation une gaine en brique. La nuit suivante, l’ingénieur se réveille en pleine nuit comme si quelqu’un l’avait secoué. Un doute l’envahie : et si dans le fond du puits se trouvaient des émanations de gaz méthane et que pendant les travaux ces émanations s’empiraient. Dès l’aube, il appelle à San Damiano pour dire que, avant de commencer les travaux, il faut vérifier qu’il n’y ait pas d’émanations de gaz. Pino fait descendre une bougie allumée qui brule en un instant.

Donc, au fond du puits, il y a bien une mauvaise odeur comme lui avait dit padre Pio. Tout cela a évité de justesse une catastrophe.

Un système d’aération est installé. Les travaux peuvent commencer et on fait en même temps que l’excavation une gaine en brique. Le 14 septembre, l’ouvrier qui creuse au fond du puits, signale un « mur » à 12 mètres de profondeur : la « giastra », comme l’avait annoncé depuis plusieurs mois Mamma Rosa. L’affirmation catégorique de l’existence de cette couche de sédiments et l’assurance qu’elle se trouve à 12 mètres de profondeur prouvent bien l’extraordinaire charisme de l’humble paysanne. C’est inconcevable pour l’endroit de trouver à peu de profondeur une couche aussi fine de roches, surtout que d’autres puits creusés à peu de distance de là, n’en ont pas trouvé.

Le 22 septembre, mamma Rosa fait part à l’ingénieur que la très sainte Vierge désire qu’il descende dans le puits et qu’il récite un pater, ave et gloria en se tournant vers les quatre points cardinaux, ce qu’il exécute de suite avec joie. L’ingénieur pense alors que ce n’est pas utile de poursuivre les travaux d’excavation, mais Mamma Rosa insiste pour que l’on continue de creuser et vite. Les travaux ne pouvant être poursuivis manuellement, on doit procéder avec des machines, mamma Rosa accepte à une condition : que pas une feuille du poirier soit arrachée.

Les travaux se poursuivirent à partir du 25 octobre 1967. Pour les 5 mètres restants, un tube de fer de 50 cm de diamètre, percé d’ouvertures et goudronné, est installé. Le 27 octobre, les travaux sont terminés, mamma Rosa s’adresse à l’ingénieur et lui dit que la Madone est contente du résultat.

Quel soulagement ! La construction de ce puits a rencontré des difficultés dues à des problèmes matériels, mais aussi à cause des forces adverses qui se déchaînaient. Grâce à la persévérance de mamma Rosa, le puits a pu être réalisé. Au début, Pino, le mari de Mamma Rosa, est chargé d’extraire l’eau du puits avec un seau pour la donner aux pèlerins qui accourent de plus en plus nombreux avec toute sorte de récipients, il fait cela plusieurs fois par jour, si bien que, en 1968, il sera nécessaire d’installer une pompe électrique
Après 12 ans d’utilisation du puits sans interruption, on s’aperçoit que l’eau a de très faibles traces d’impuretés du fait que la coupole n’est pas hermétique. Mamma Rosa charge l’ingénieur de se mettre en contact avec une entreprise des environs pour pouvoir résoudre ce problème.

Les travaux terminés, Mamma Rosa demande à l’ingénieur de prélever 2 bouteilles d’eau miraculeuse pour la porter à un laboratoire pour l’analyser pour contrôler qu’elle est bien potable. Les analyses rendues le 16 décembre de la même année sont positives.

 

novembre 4th, 2020|Categories: News, San Damiano, Storia|0 Comments
Translate »
fr_FR